VR et handicap : retour sur 1 an d'expérimentation

19/3/2021

S’il est vrai que Lumeen a d’abord été créé pour améliorer le quotidien des personnes âgées, nous nous sommes rapidement rendu compte que ces dernières n’étaient pas les seules à pouvoir en profiter. Nous n’avons cessé de constater les bienfaits sociaux et thérapeutiques apportés par notre solution aux seniors. Alors pourquoi ne pas en faire profiter à d’autres personnes qui pourraient en avoir besoin ? C’est pour cette raison que nous avons décidé d’expérimenter notre solution de réalité virtuelle dans le secteur du handicap.

En effet, les possibilités de la réalité virtuelle dans le domaine du handicap à des fins thérapeutiques sont explorées dans le monde entier depuis plusieurs années. En France, selon les chiffres de l’INSEE, on compte plus de 12 millions de personnes touchées par un handicap. Aujourd’hui, tout laisse à penser que notre solution pourrait leur être bénéfique. La Région Auvergne-Rhône-Alpes l’a bien compris et nous a permis de concrétiser l’expérience en finançant le projet. 

Expérimentation de la réalité virtuelle Lumeen dans le secteur du handicap au centre Jean-Marie Arnion

Une expérimentation au Centre d'Éducation Motrice Jean-Marie Arnion

Pour mener à bien cette expérimentation, nous travaillons avec des partenaires de terrain reconnus dont le Centre d’Education Motrice Jean-Marie Arnion de Dommartin.

Le CEM de Dommartin fait partie du réseau Odynéo, une association de familles qui agit dans le Rhône, l’Ain et le Jura, pour les personnes en situation de handicap et leurs proches. Il accueille des adolescents de 11 à 20 ans dans un parcours qui vise à développer au maximum leur potentiel social, scolaire et relationnel. L’établissement propose une réponse globale intégrant un processus d’éveil et de socialisation, une rééducation motrice, un suivi paramédical et médical et l’apprentissage de la communication. En parallèle, une pédagogie adaptée et une scolarisation sont proposées à chaque jeune.

Les résultats d'un an d'expérimentation dans le secteur du handicap

Un an après le début du projet, nous avons décidé de faire le point sur l’expérimentation de Lumeen au centre. Le Docteur Claude Simonnot, co-fondateur de l’association Handicap International, est en charge de l’utilisation de Lumeen au centre. Il revient sur cette première année d’expérimentation.

Des ateliers de réalité virtuelle collectifs

Il nous explique, qu’au centre, Lumeen est utilisé lors d’ateliers collectifs. Les groupes sont constitués le plus souvent d’un professionnel et de trois jeunes, nombre limité compte tenu de leurs grandes déficiences. Le professionnel structure l’expérience et accompagne les jeunes du début à la fin.

Une utilisation fréquente et variée

Lumeen est fréquemment utilisé au centre, de trois manières différentes. La solution est d’abord employée dans un cadre à finalité spécifique avec les paramédicaux. Ainsi, ce sont principalement les ergothérapeutes et les psychomotriciens qui s’en servent, bien que les éducateurs l’utilisent également. Les casques sont utilisés dans le cadre d’un groupe d’activité éducatrice ainsi que dans le cadre du groupe pépinière, qui accueille des enfants avec troubles du comportement importants. Pour autant, Lumeen est également utilisé dans ces mêmes groupes de façon ludique ainsi que dans un cadre plus récréatif durant les week-ends.

Des modules adaptés

En termes de contenu, deux modules spécifiques sont utilisés. En premier lieu, le module Évasion qui propose des expériences immersives qui permettent par exemple de nager avec les dauphins ou de voir des aurores boréales. Accompagnés de contenus de médiation, c’est-à-dire d’une présentation introductive et d’un quizz de restitution, ces expériences tendent à favoriser l’échange et la discussion.

Le module Réminiscence est aussi régulièrement utilisé. Il donne la possibilité via Google Street  View de transporter les participants dans un endroit précis. Ils peuvent ainsi visiter un endroit qu’ils ont déjà vu et donc stimuler leurs souvenirs ou simplement découvrir un nouvel endroit à travers le casque de réalité virtuelle.

La conclusion du Docteur Simonnot

Le Docteur Simonnot tire la conclusion suivante :

« Les résultats obtenus, repérés principalement par les professionnels qui ont un usage à finalité, sont globalement positifs. Pour certains jeunes les résultats sont spectaculaires avec un réel effet d’apaisement en particulier pour des jeunes cérébrolésés avec troubles graves du comportement. Les jeunes sont apaisés, calmes, accessibles à l’échange et à la discussion. Il s’agit d’un dispositif incontestablement très utile dans notre cadre d’accueil de jeunes ayant, pour beaucoup d’entre eux, de grands troubles cognitifs et de comportement ainsi qu’un accès limité aux découvertes sensorielles. »

Docteur Claude Simonnot, co-fondateur de l’association Handicap International, est en charge de l’utilisation de Lumeen au CEM

Cette conclusion prometteuse nous réjouit, même si de nombreux défis restent à relever. Les personnes porteuses de handicap ont des nécessités spécifiques et pour certains, le dispositif n’est pas toujours très facile à utiliser du fait de leurs déficiences motrices. Le poids du casque est un véritable challenge et requiert parfois une assistance humaine pour le soutenir. Soucieux de proposer une solution toujours plus adaptée à nos différents publics, nous avons donc décidé de proposer un nouveau modèle de casque pour pallier ce problème. Grâce à son poids mieux réparti, ce nouveau casque permettra à un plus grand nombre de personnes de profiter de notre solution de la meilleure façon qui soit.

Conclusion

Nous sommes ravis des retours positifs concernant l’utilisation de Lumeen au centre et honorés de contribuer à l’avancée de la recherche sur les bienfaits de la réalité virtuelle dans le secteur du handicap. Merci au Docteur Simonnot pour son investissement ainsi qu’à toute l’équipe du CEM sans qui l’implémentation de Lumeen n’aurait pas été possible. C’est avec joie que nous poursuivons l’expérimentation et vous tiendrons informés des nouveaux résultats.

Nous remercions également la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour son soutien et tout particulièrement Sandrine Chaix, conseillère spéciale en charge du handicap. Nous sommes fiers de participer à la création de la société handi-accueillante, handi-bienveillante et handi-inclusive de demain.